Do-in

“Issu de la médecine traditionnelle chinoise, à mi-chemin entre l’acupuncture, le qi gong et le massage, Do-in se développa au Japon en parallèle du Shiatsu. On parle souvent d’ailleurs d’auto-shiatsu.”

La médecine Chinoise considère les 12 principaux Méridiens comme les 12 maîtres du royaume corporel. Elle considère que chacun a son flux d’énergie propre et que ce mouvement énergétique fait partie de notre personnalité et la façon dont on fonctionne dans notre société et le monde. Chacun de ces maîtres a un rôle qui fait corps avec l’ensemble des Méridiens qui reste inter relié.

 
LE Do-in est une technique de massage à effectuer sur soi-même, pouvant être pratiqué à tout moment de la journée au travers des vêtements, pour améliorer le métabolisme, favoriser la conscience de soi et le bien-être.

Le Do-in a pour objectif de prévenir et traiter les dysfonctionnements de l’organisme liés à une mauvaise circulation de l’énergie ou « énergie vitale », plus communément connue sous le nom de KI en japonais ou CHI en chinois. Cette technique de massage est basée sur la stimulation des tsubos (points d’acuponcture).

Pour bien équilibrer cette énergie, on imagine 12 lignes – nommées les méridiens – porteuses d’énergie, mais qui sont aussi reliées à un organe précis. Ainsi, selon les points touchés, on transfère l’énergie de part et d’autre et on évite les dysfonctionnements de l’organisme. Relaxation active car on en est le maître d’oeuvre, le do-in permet de libérer certains canaux d’énergie pour en alimenter d’autres.

La séance de Do-in commence par une stimulation du haut du corps, en particulier du visage (front, arcades sourcilières, oreilles, paupières, nez, bouche…). On descend ensuite vers le bas du corps, en passant par le cou et les épaules, on insistera sur les mains (qui contiennent les terminaisons de certains méridiens), les poignets… les jambes et en finissant par les pieds (également riches en terminaisons de méridiens).

Une bonne pratique du Do-in est liée à la qualité de la respiration. La pratique du Do-in en début de journée permet de dynamiser le corps en stimulant la circulation de l’énergie. La pratique au coucher pourra faciliter le sommeil en supprimant les tensions accumulées dans le corps au cours de la journée (pollution, nourriture inadaptée, mauvaise respiration, mauvaises postures, stress…).

La pratique nécessite un apprentissage de l’enchaînement qui doit être respecté rigoureusement. En effet, on ne masse pas les différentes parties du corps anarchiquement. Un Do-in mal fait peut provoquer plus de désordres énergétiques que d’équilibre.

Quelques conditions sont nécessaires pour optimiser la pratique. Il est conseillé de pratiquer le matin à jeûn, au lever (ou si ce n’est pas possible ou pour les cours, à jeûn depuis au moins 2 heures). La meilleure position est l’assise sur les talons, la position de méditation des japonais, mais certaines personnes peuvent pratiquer en tailleur ou dans d’autres positions assises adaptées. Des respirations profondes accompagnées de mouvements ponctuent l’auto-massage.

Deux ou trois cours peuvent suffire pour apprendre l’enchaînement complet qui dure une heure (un peu plus lors des apprentissages accompagnés des explications). Ensuite, nous pouvons pratiquer de manière autonome plus ou moins longtemps selon le temps dont on dispose. L’idéal est de pratiquer en plein air lorsque la température est très clémente ou au bord de la mer ou dans tout autre environnement naturel inspirant.

 Source: Bio-Santé France, www.bio-sante.fr