Eau et feu

Image

Il n’y a aucune personne qui ne sait pas ce qu’est la douleur, mais aujourd’hui je veux parler surtout de la douleur physique ; on parlera autre fois de la douleur émotionnelle.

Même si les symptômes apparaissent dans le plan physique après avoir vécu des événements désagréables, ils sont ceux qui attire l’attention, ils nous signalent que quelque chose n’est pas en accord avec notre élan de vie, que nos besoins ne sont pas satisfaits ; la vie ne circule pas fluide dans nos systèmes et quelque chose doit être changé.

Le paradoxe est qu’une fois installée, la douleur ne nous aide pas du tout à comprendre les leçons de la vie, au contraire. La première impulsion est de faire tout ce qui est nécessaire et possible pour « se débarrasser » d’elle, quand en réalité, la meilleure chose serait d’être à l’écoute, d’être avec, dans une sorte d’immobilité.  En la regardant sans jugement, sans culpabilité, sans ressentiment, sans crainte, sans rejet.

Le secret pour « contrôler » la douleur est sa pleine acceptation, comprendre qu’elle est là pour transmettre quoi que ce soit, ne pas pour nous punir. Dans un premier temps, il n’est pas nécessaire de comprendre le message pour lui donner la possibilité de se dissoudre.  Le seul moyen de « contrôler » la douleur est de cesser la lute avec elle.

Si, dans le même temps, vous pouvez interrompre le modèle mental et énergique qui soutiennent la douleur, vous avez toutes les chances de réécrire les circuits neuronaux qui ont facilité l’apparition de la douleur.

Avec les techniques de libération émotionnelle, on fait exactement cela.

Les modèles d’exercices EFT ne constituent pas une panacée, mais il y a une chance d’avoir un bon point de départ dans votre travail. Les exercices plus efficaces sont les exercices personnalisés : on utilise vos mots, vos émotions, vos sensations, vos descriptions.   Le secret pour obtenir des résultats est de créer une routine quotidienne, 10-15 minutes pour appliquer l’EFT.

Pendant la journée, à chaque fois quand vous vivez un moment d’inconfort (malaise, anxiété, émotion dite négative) arrêtez-vous, juste pour respirer profondément et effectuer quelques tapotements (ou pressions) sur les points énergétiques pour interrompre le schéma même dans l’instant que vous l’éprouver.

Avec le temps et la pratique cela devient une habitude, pour le bien être dans notre quotidien.

La pensée qui accompagne cette pratique peut être « je fais cela pour moi, pour ma santé, je suis en train de m’aimer et de m’accepter complètement et profondément ».

On commence à ne pas prendre tout personnellement.  S’il pleut, il pleut. Il ne pleut pas pour nous mouiller ; clair et simple, il pleut.

« Chaque grande difficulté et profonde porte en elle-même sa propre solution. Elle nous oblige à changer notre façon de penser, si nous voulons la trouver. » Niels Bohr (1885-1962)

Lorsque vous modifiez votre perception des événements, vous changez la manière dont ces situations vivent en vous:

  • vous n’êtes plus la cause ou l’effet de quoi que ce soit et vous ressentez un soulagement phénoménal, parce que le monde est exactement comme il devrait être et ne nécessite pas le réparer. 
  • vous vous occupez de vous, vous êtes dans vos affaires non pas dans les affaires d’autres ou dans les affaires de l’univers ou on ne peut rien contrôler.

Maintenant il fait très chaud. Veillez bien que l’eau de reins (les émotions) puisse étendre le feu du cœur (les excès).

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *