Moi et mes parents

Roumanie, le 7 Mars 2017, en quittant le Home où ma mère est hébergée depuis 9 ans, (papa est parti il y a 2 ans, lui il a vécu 7 ans dans le home, dans une chambre avec maman) les yeux aux larmes, seule, j’ai pris quelques minutes pour atterrir dans notre monde. Est-ce que c’est vrai, il y a notre monde, le monde, et leur monde??

Pourquoi cette fois a été si différente? Parce que je viens de passer 5 jours, du matin au soir, à côté de maman et les personnes âgées qui partagent cette maison de repos. Pour la première fois je lui ai donné 5 jours, sans me dépêcher, sans penser à d’autres obligations, j’ai été juste là, présente à elle. Et à moi.

Je me suis préparée pour ce séjour, méditations, centrage, des exercices pour m’aider à lâcher prise, à m’abandonner au moment présent, pour l’accueil de ce qui se présente à moi.

Je vous partage mes ressentis et mes réflexions

  • Comme les enfants qui dépendent de leur environnement, les personnes âgées ressentent notre vibration avant tout. C’est pour cela que ce que nous voulons leur montrer est moins important, l’important est ce qui vibre a l’intérieur de nous. Comme je m’entraine depuis des années à ouvrir mon cœur, dès que j’ai compris, j’ai choisi un Etat d’être de Joie, Amour, Paix, Confiance. Avec celles-ci dans mon cœur, les personnes moins abordables, celles qui s’isolent souvent, sont devenues mes amies.
  • Comme les enfants, elles sont curieuses. Je leur ai raconté ma vie d’ici, mon départ de Roumanie il y a 8 ans, la difficulté de tourner la page à 45 ans, les peurs, la séparation des proches, le poids de la culpabilité, etc.
  • Comme les enfants, elles me suivaient tant que le sujet était intéressant pour elles ou lorsqu’une idée leur venait à l’esprit. Et là, elles prenaient la parole….enfants, parents, frères et sœurs, la famille, les petits enfants. Toute l’attention dirigée vers ce qu’ils aiment, ce qu’ils ont aimé.
  • Des souvenirs, des souvenirs, des souvenirs avec un seul fondement commun : l’Amour
  • Comme les enfants, elles aiment les routines. Nous avons crée nos routines, nos rencontres dans le jardin l’après-midi, dans le Club après le souper. On mettait de la musique. Parfois on restait ensemble dans le silence. Avant d’aller au lit on se mettait d’accord pour le RDV de demain. Je sentais que ça les rassurait.
  • Le dernier soir je leur ai donné un pot de fleur, dans chaque chambre, pour qu’ils puissent le soigner ensemble. Je me suis sentie l’enfant de toutes ces personnes qui m’ont montré encore une fois que la séparation est une illusion ; on est tous lié. Et c’est l’Amour qui nous lie.

 

Ouvrir mon cœur encore et regarder avec les yeux de l’Amour c’est le sentiment qui m’accompagne à un autre niveau, après ces expériences. Tous les 3 mois je suis là pour eux, quelques jours.

C’est là que j’ai fini ma lutte avec le temps. Dans la maison de repos le temps s’arrête. Il est encore lié à quelques événements comme le petit déjeuner, le repas de midi et le repas de soir. Beaucoup de silences apparents, mais à l’intérieur de chaque personne, le passé, les valises d’une vie, l’imaginaire travaillent sans arrêt quelque soit les circonstances et l’état de santé.

En aout  je serai de nouveau quelques jours avec eux. Puis en octobre on va jouer avec les feuilles, les feuilles des arbres à qui elles ressemblent de plus en plus. Je n’ai pas peur de ma vulnérabilité, au contraire, je sais ce que je dois être : une âme qui crée un espace où ils se sentent en parfaite sécurité. Moi comme eux, des enfants de la Terre et du Ciel, qui partagent le moment présent. C’est comme ça que je vois un solide accompagnement affectif.

Je vous aime

maman et papa